La vie spirituelle

Comment devenir moine ?

Chaque vocation est individuelle. Chacun la vit dans sa propre relation avec Dieu. Elle est peu aisée à exprimer à autrui. Aussi ne décrit-on ici que les différentes étapes de la vie du moine.

Un homme, jeune ou moins jeune (la question d’âge n’est pas importante), qui estime entendre en lui l’appel du Seigneur vers la vie monastique, rencontre le Père Maître des Novices. Avec son aide, il examine posément, durant une année ou deux, s’il a vraiment la vocation monastique, et si ce désir perdure.


Le postulant

Si c’est le cas, il demande à entrer au monastère. Il devient alors postulant. Durant plusieurs mois, il prend contact avec la vie intérieure, quotidienne, du monastère. Il apprend à vivre en communauté, il suit certains cours qui sont nécessaires à son apprentissage: il étudie la Règle de Saint-Benoît, il approfondit sa connaissance de la Bible, de l’histoire monastique et celle de Maredsous en particulier, il s’initie à la liturgie et aux offices. Surtout, il apprend à se connaître lui-même, pour chercher Dieu dans la prière, la communauté et le travail.


Le noviciat

Si le postulant poursuit dans son dessein de devenir moine, il devient novice, durant une année au moins. Son programme de vie est le même que celui du postulant.

Ce temps est pour lui l’occasion d’éprouver encore la vérité de sa vocation, et pour la communauté, celle de mieux le connaître encore et, ainsi, de l’estimer apte à en faire partie.


Le profès temporaire

A l’issue du noviciat, le novice reste toujours libre de sortir à tout moment puisqu’il n’a pris aucun engagement. S’il décide de poursuivre la vie monastique, il demande à la communauté de pouvoir en faire partie et d’émettre ses premiers vœux monastiques. Par un vote, le Chapitre des moines doit donner son accord. Il faut une majorité de deux tiers de votes favorables.

Le jeune moine émet alors pour trois ans ses premiers vœux. Chez les Bénédictins, ils sont au nombre de trois: la stabilité (rester moine de Maredsous), la conversion de sa vie et l’obéissance. Il fait cette promesse devant le Père Abbé et la communauté, et l’écrit sur un document qu’il signe sur l’autel de l’église. C’est un geste que Saint-Benoît lui-même a voulu entourer d’une grande solennité:

" Aussitôt après l’y avoir déposé, le novice commencera ce verset "Suscipe me, Domine secundum eloquium tuum, et vivam ; et non confundas me ab expectarione mea" (Reçois-moi, Seigneur, selon ta parole et je vivrai, et ne me confonds pas dans mon attente); Toute la communauté reprendra trois fois ce verset, et ajoutera " Gloria Patri ".

Alors le frère novice se prosternera aux pieds de tous les frères, afin qu’ils prient pour lui; et à dater de ce jour, il fera partie de la communauté (Règle de S. Benoît, 58, 21-23).

Durant cette période, le jeune moine étudie les sciences ecclésiastiques, la philosophie et la théologie, selon un programme d’études adapté à chacun.


Le profès à vie

La période des trois années terminée, le moine profès temporaire peut encore quitter le monastère. En effet, il reste clair pour lui, comme pour la communauté, qu’il ne s’est engagé que pour trois ans et qu’il n’a été accepté que pour la même période.

S’il veut poursuivre sa vie monastique, il demande à émettre de nouveau ses vœux, non plus pour trois ans, mais pour sa vie entière. Sa demande va faire l’objet d’un nouveau vote du Chapitre des moines, à la majorité absolue cette fois. S’il est positif, le jeune moine fait sa profession perpétuelle qui l’engage pour toute sa vie. De son côté, la communauté le reçoit comme un de ses membres à part entière et pour toujours.

Cette procédure peut paraître longue. Elle est inspirée par la sagesse qui ne précipite point les choses. Une vocation monastique, vocation de vie, est d’importance. Elle doit paisiblement s’éprouver dans la durée, car le jeune moine comme la communauté qui l’accueille doivent être capables de partager les joies mais aussi les épreuves et les aléas d’une vie quotidienne qui couvrira des décennies.


Les prêtres

Après la profession, certains moines sont ordonnés prêtres selon les besoins de la communauté. Mais prêtres ou non, tous sont égaux en droits dans le monastère.