Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 52, 4) Prier

4 Si un moine veut faire discrètement oraison, qu'il entre simplement et qu'il prie : non pas avec des éclats de voix, mais avec larmes et ferveur du coeur.

La prière est un des lieux privilégiés où nous répondons à la question : qui est-ce qui agit en moi ? quel est celui que je laisse agir en moi ? C'est même la première question à laisser venir quand on décide de prendre le temps de prier. C'est le moment où l'on constate qu'il y a bien des choses, des soucis, des paroles qui viennent occuper une place, que pourtant nous voudrions tout entière à Dieu.

Avant d'être une adresse en vue d'obtenir ceci ou cela, la prière est ce désir de présence à Dieu, cette ouverture à la présence de Dieu en nous. Elle ne se fait pas immédiatement : il y faut de la fidélité, de la persévérance, du courage, et aussi l'abandon à la grâce de l'Esprit Saint.

Tout cela peut paraître trop simple. Mais comment montrer concrètement à Dieu que je souhaite le voir m'envahir, si je ne lui donne pas du temps, de l'espace, de l'ouverture. Le désert fait partie des rendez-vous privilégiés de Dieu pour s'y manifester. Il ne faut pas en avoir peur. Désert et vide ne sont pas la même chose. Dieu n'a pas besoin du vide pour se manifester en nous, pour pouvoir être en nous. Il a besoin de nous.