Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 47, 1) Convoquer les frères avec exactitude

1La charge d'annoncer l'heure de l'Œuvre de Dieu, aussi bien le jour que la nuit, incombe à l'abbé. Il l'exercera lui-même, ou la confiera à un frère si ponctuel que l'office se fasse toujours aux heures prescrites.

Pourquoi faut-il que l’abbé se charge lui-même d’une tâche à première vue secondaire : rappeler l’horaire, de jour comme de nuit ? Y eut-il et y a-t-il d’ailleurs beaucoup d’abbés qui se font ainsi les garants de l’horaire ?

Pas uniquement gardien de l’horaire. L’abbé a mieux à faire que cela. Gardien de la prière des frères, certainement. Gardien de ce privilège qu’ils ont d’un mode de vie qui prévoit des rencontres régulières avec leur Seigneur. Gardien de la communion des frères appelés sans cesse à se pardonner mutuellement, à l’invitation de la prière dominicale. Gardien de la présence continuelle à Dieu, que les moines cherchent avec obstination.

Il y faut cette ponctualité très exacte qui est le secret des grands spirituels, amoureux pressés de rencontrer Celui qu’ils aiment, craignant par-dessus tout un retard qui leur vaudrait de trouver porte fermée. Craignant la parole terrible : « Je ne vous connais pas ».

Ne rien préférer à l’Œuvre de Dieu, à l’Office divin. Cela passe aussi par l’exactitude et la régularité.