Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 32) (1) Une mission de confiance

1L'abbé confiera à ceux des frères, dont la vie et les mœurs sont sûrs, ce que le monastère possède en outils, vêtements ou n'importe quels objets.
2
Il leur remettra tout ce qu'ils doivent garder et recueillir selon qu'il l'aura jugé utile.
3
L'abbé en conservera l'inventaire afin de savoir ce qu'il donne et ce qu'il reçoit, lorsque les frères se succèdent l'un à l'autre dans ces charges.

4Si quelqu'un traite les objets du monastère avec malpropreté ou négligence, il sera réprimandé;
5
s'il ne s'amende pas, il subira la discipline régulière.

Lorsqu'il veut confier à des frères la garde des outils, des vêtements et d'autres objets encore, saint Benoît s'enquiert de la qualité de leur vie et de leurs moeurs. Ce faisant, il va bien au-delà d'exigences professionnelles, de savoir-faire, de goût de l'ordre, de capacité de gestion.

En évoquant la manière dont vivent les frères (la qualité des moeurs), saint Benoît évoque ni plus ni mopins que ce que les frères engagent le jour de leur profession monastique (RB 58, 17) : la conversion des moeurs (quoi qu'il en soit de la manière dont on traduit conversatio morum). Qui plus est, dans son vocabulaire tout au moins, saint Benoît manifeste le même souci pour le seul cellérier (RB 31, 1), mais non pour l'abbé, par exemple, ni le maître des novices.

C'est dire l'importance que saint Benoît accorde à la mission de conserver le patrimoine représenté par les outils, les vêtements, etc...C'est dire encore, si pas davantage, l'estime en laquelle saint Benoît tient le patrimoine lui-même. "Objets sacrés de l'autel" (RB 31, 10), ils méritent et appellent une responsabilité à la hauteur du respect qui leur est dû. Dis-moi ce que tu respectes, je te dirai celui que tu respectes.