Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 22) Dormir éveillé ?

1Les moines dormiront chacun dans un lit à part.
2Ils recevront une literie selon leur genre de vie et suivant qu'en aura disposé leur abbé.
3
Si faire se peut, ils dormiront tous dans un même lieu. Si le trop grand nombre ne le permet pas, ils reposeront par dix ou par vingt, avec des anciens qui veilleront sur eux. 4Une lumière éclairera le dortoir continuellement jusqu'au matin.

5Ils dormiront vêtus, ceints d'une ceinture ou d'une corde. En dormant, ils n'auront point leurs couteaux à leur côté de peur que, pendant le sommeil, ils ne viennent à se blesser tout en dormant.

6Que les moines soient toujours prêts. Au signal donné, ils se lèveront aussitôt et s'empresseront à l'envi à l'Œuvre de Dieu, en toute gravité néanmoins et modestie.

7Les plus jeunes frères n'auront point leurs lits placés les uns près des autres, mais entremêlés parmi ceux des anciens.

8En se levant pour l'Œuvre de Dieu, les moines s'encourageront doucement les uns les autres, afin d'ôter tout sujet d'excuse aux somnolents.

La vie cénobitique embrasse la totalité de la vie du moine. Elle commence le matin, se poursuit durant le jour et habite encore les heures de la nuit.

Saint Benoît se préoccupe ici du sommeil des moines. Mais il leur rappelle la grande réalité de la vigilance, celle que le moine ne peut jamais cesser de pratiquer. Etre prêt : soit une disponibilité de tous les instants. Qui, sinon Dieu que cherche le moine, peut ainsi prétendre attirer à lui une attention sans faille ?

Une telle exigence continue suppose qu’on y soit soutenu et encouragé. Doucement, dit saint Benoît, sans violence, sans la contrainte qui tourne vite à la pression exercée sur les esprits. Pas de meilleure pédagogie que celle-là.

Oter tout sujet d’excuse aux somnolents ne vise pas seulement à les sortir du sommeil. Plus fondamentalement, il s’agit là d’une manifestation concrète de la « mutuelle prévenance » demandée par saint Benoît (72, 4). Elle doit conduire les moines « ensemble à la vie éternelle ». Ni plus, ni moins.