Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 18) Combien de psaumes à dire ?

23Qu'il soit bien entendu toutefois que le psautier de cent cinquante psaumes sera récité intégralement chaque semaine et recommencé chaque dimanche à Vigile.
24
En effet, des moines qui, au cours de la semaine psalmodient moins que le psautier avec les cantiques habituels se montrent par trop mous dans le service qu'ils ont voué.
25
La tâche que nos saints Pères, comme nous le lisons, accomplissaient courageusement en un seul jour, puissions-nous du moins, dans notre tiédeur, nous en acquitter en une semaine entière !

Il y a plusieurs façons d'être moine. Saint Benoît en retient au moins deux : les cénobites et les ermites. Il y a aussi plusieurs façons de distribuer les psaumes. Saint Benoît en propose une, mais il laisse la porte ouverte à l'éventualité qu'il y en ait une autre, meilleure même.

Le seul critère qu'il énonce, c'est de loger l'intégralité du psautier à l'intérieur de la semaine. Les sept jours de la création doivent impérativement contenir la louange qui circule dans les 150 poèmes. L'énergie est la même de part et d'autre. Elle ne peut être diluée : force créatrice d'une part, réponse en action de grâces d'autre part.

Le mérite des saints Pères n'était pas la performance numérique d'une récitation intégrale en un seul jour. C'était bien plutôt de s'offrir intégralement et quasi instantanément à la puissance créatrice sortie du coeur de Dieu, de s'en laisser investir et d'y répondre avec la même énergie venue de l'Esprit Saint. Ce que le Créateur a réparti sur une semaine, ils s'y offraient en un seul jour.

Il n'y a que l'amour pour supporter ainsi la vigueur de l'instant, pour accueillir ainsi l'instant de Dieu, l'éternité, chaque jour retrouvée.