Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 7, 10) Etre humble : pourquoi ?

10Voici donc le premier degré d'humilité: se remettant toujours devant les yeux la crainte de Dieu, il consiste à fuir toute négligence et à se rappeler sans cesse tout ce que Dieu a commandé.

Après bien d’autres et avec bien d’autres, saint Benoît a le grand mérite de lier indissolublement Dieu et cette manière d’être que nous appelons l’humilité. Dès l’abord, il établit entre eux un lien radical et indestructible. Ce qui conduit tout droit à nous obliger à comprendre en même temps et d’une même venue qui est Dieu et ce qu’est l’humilité. Se tromper sur celle-ci, ce sera se tromper sur Celui-là ; se tromper sur Celui-là fera qu’on se trompe immanquablement sur celle-ci.

Pareille conception de l’humilité interdit de se contenter de parler seulement de modestie, d’effacement, de vivre dans l’obscurité, de refuser les honneurs, etc…Toutes choses qui ne sont que la traduction concrète, extérieure, d’une proximité avec Dieu, avec ce qu’il est au plus profond de lui-même, avec ce qu’il a vécu et vit encore au quotidien, avec cette présence qui parvient à se dire sans assourdir, avec cette absence qui n’est jamais indifférence, avec cet amour qui reste lui-même tout en disparaissant dans l’autre.

Le premier degré d’humilité, c’est de vivre au plus près de Dieu, humble lui-même et vivant au plus près de l’homme. Cherche-t-il vraiment Dieu ? demande saint Benoît à propos de celui qui vient frapper à la porte du monastère. Cherche-t-il à être humble, comme Dieu l’est ?