Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 4, 55) (2) Entendre volontiers les saintes lectures

Dans les traits que saint Benoît dessine pour faire apparaître le profil du moine, tel qu'il l'envisage, le goût de la Parole de Dieu vient en première place. Entendre volontiers, dit-il. Il faut lire ce "volontiers" en le laissant exprimer la véritable affinité qu'il recèle, cette sorte de naturel qui porte vers ce qu'on aime entre tout.

Entendre volontiers les saintes lectures, c'est se porter volontiers vers la sainteté, c'est développer une sorte de connaturalité avec cety idéal que le Seigneur a défini clairement et simplement : Soyez saint comme je suis saint, soyez parfait comme votre Père céleste est parfait. Les lectures à entendre sont saintes, pas uniquement parce qu'elles émanent de la bouche de Dieu, mais aussi parce qu'elles entretiennent et nourrissent le désir de prendre part à la sainteté de Dieu.

Entendre volontiers les saintes lectures. Ce conseil de saint Benoît va plus loin qu'une simple fidélité à un programme de lecture, à cet acte éminemment monastique qu'est la lectio divina. Il sait qu'une telle fidélité ne peut pas ne pas engendrer et faire grandir la sainteté chez celui ou celle qui en fait preuve. Entendre volontiers les saintes lectures, c'est en réalité aimer la sainteté, la désirer, la vouloir, la demander, la recevoir.