Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 4, 31.72) Qu'est-ce qu'un ennemi ?

31Aimer ses ennemis.
72
Par amour du Christ, prier pour ses ennemis.

Aimer. Pas éliminer. Pas éloigner à tout prix. Faire entrer dans une relation. Laisser exister.

Mais nous avons toujours à reformuler la question : qu'est-ce qu'un ennemi ? qui est-il pour nous ? comment allons-nous le traiter ?

Est-ce celui qu'il va falloir à tout prix expulser, exiler, ejecter ? Ou bien quelque chose comme un parasite, avec qui il va falloir s'arranger, négocier ? La vie nous fait pencher pour la deuxième hypothèse. Les meilleurs vaccins font profiter du dynamisme de l'ennemi, le germe incubé. Les fromages les plus délicieux supposent un lait caillé qui a fait bon ménage avec de puissants microbes.

Il va donc falloir continuer à vivre avec des microbes, avec le mal, avec la violence. Mieux vaut trouver un équilibre, même très instable, plutôt que nettoyer impitoyablement, plutôt que relancer perpétuellement la guerre. Les batailles ne font que produire de nouvelles batailles et elles donnent des forces nouvelles aux deux parties.

En proposant, après l'Evangile, l'amour des ennemis, saint Benoît envisage tout autre chose qu'un fade compromis dans lequel personne ne se retrouve. Il suggère le moyen le plus faible, avec quoi on fait beaucoup plus de choses qu'avec la force ou la dureté. Aimer ses ennemis, pour les amener précisément sur le terrain de l'amour. Sans récupération aucune, mais en sauvegardant à tout prix leur existence.

D'ailleurs, l'ennemi n'est-il pas souvent un partenaire que j'ai moi-même produit, avec lequel donc je suis obligé de composer, que je dois aussi me proposer d'aimer. Aimer son prochain et son ennemi comme soi-même. Déchirure brusque d'amour et de beauté : le vrai rempart contre la haine.