Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 4, 23) Pas de vengeance

23Ne point se réserver un temps pour la vengeance

Saint Paul invite ses correspondants à avoir en eux les sentiments qui furent ceux du Christ Jésus (Philip. 2, 5). Il aurait pu dire aussi : n’ayez pas les sentiments qui n’ont jamais trouvé place dans le cœur du Christ.

Les Evangiles ne nous cachent pas les saintes colères de Jésus à l’égard des Pharisiens, des marchands du Temple et à l’égard de quiconque trompe la vérité. Jamais cependant, au grand jamais, l’instinct de vengeance n’inspire au Christ quelque geste que ce soit. D’aucune manière, la résurrection du Christ n’est une vengeance sur quiconque : ni sur Pilate, ni sur ceux qui ont été les artisans de la mort de Jésus. Celle-ci rachète tout le monde, sans exception.

En s’interdisant le temps de la vengeance, le moine donne donc un enseignement sur le Christ. Ou plutôt, il se laisse enseigner par lui, il se laisse envahir par lui. Nouveau signe de cette préférence absolue que le moine a pour vocation d’accorder au Christ. Le moine donne ainsi un véritable signal de résurrection, il se montre pascal, tel qu’il doit être ou devrait être en tout temps.