Commentaires de la Règle de saint Benoît

(RB 3) Prendre et donner avis

1Toutes les fois qu'il y aura dans le monastère quelque affaire importante à décider, l'abbé convoquera toute la communauté et exposera lui-même ce dont il s'agit.

2Après avoir recueilli l'avis des frères, il délibérera à part soi et fera ensuite ce qu'il aura jugé le plus utile.

3
Ce qui nous fait dire qu'il faut consulter tous les frères, c'est que souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur.

4Les frères donneront leur avis en toute humilité et soumission. Ils n'auront donc pas la hardiesse de soutenir effrontément leur manière de voir,

5
mais il dépendra de l'abbé de décider ce qu'il jugera le mieux; et tous alors devront lui obéir. 6Cependant, comme il convient aux disciples d'obéir au maître, ainsi revient-il au maître de tout organiser avec prévoyance et équité.

Il faut donner à ce chapitre sa véritable dimension. Il gère à merveille les relations qui doivent exister entre frères dans la communauté, tout comme entre les frères et leur abbé.

Les frères ne sont pas ici des invités obligatoires, des parasites, ceux qu’on ne peut pas ne pas convier quand il faut prendre conseil. Ils sont de la maison et tout ce qui concerne la maison les touche. Toute la communauté, dit saint Benoît, tous les frères. Mais ceux-ci ont alors le devoir de s’exprimer lorsque l’occasion leur en est donnée, s’exprimer paisiblement, sans insolence.

Pour autant, ils ne sont pas à la merci de leur abbé, ils ne peuvent pas être l’objet passif du caprice d’un autre, de leur abbé, qui n’a pas à s’instituer malgré eux leur bienfaiteur, sauveur et père. Si saint Benoît laisse à l’abbé la décision ultime, il tient à éviter toute dérive possible. « Le plus utile », « prévoyance et équité », « dans la crainte de Dieu et selon la règle » : autant de balises pour canaliser le chemin.

Humilité, soumission, obéissance, attention mutuelle, respect de l’autre, amour de la règle, pas d’exclusive (tous les frères), ouverture (à l’avis des jeunes) : autant de vertus monastiques à mettre en œuvre lorsqu’il s’agit de parler en communauté, de se parler. On le voit : cela va bien au-delà d’un simple avis à prendre auprès des frères. Il y va tout simplement de la communauté à édifier.